Accueil
Actualités
les expos
Christel c'est moi !
Mes créations
Commander
COURS et stages
Me contacter
Plan du site

 

La construction d'une mosaique doit respecter des règles techniques pour garantir un résultat esthétique et solide.

Les matériaux, les matières, les techniques sont choisis en fonction de l'effet recherché mais aussi des contraintes de la situation.

 

LES TECHNIQUES  ( en construction )

La pose des tesselles

La pose des tesselles doit suivre des règles :

Les 3 étapes de réalisation sont :

le motif central, les tranches et les bordures, et le fond en dernier.

 

L'espacement entre les tesselles :

Il dépend de la nature du travail et des possibilités de chacun.

Réduire l'espacement donne un travail plus fin mais plus difficile car on a moins de marge de manoeuvre.

Les espacer un peu plus est plus facile et les joints pourront faire partie du décor.

Par contre, il ne faut pas mélanger des joints larges et des joints fins, cela fait fouilli et nuit au travail.

 

Le type de disposition des tesselles :  "opus":


Les opus sont généralement utilisés pour les fonds.

De nombreuses possibilités sont offertes, il est intéressant de bien réfléchir à l'opus que l'on souhaite utiliser pour une mosaïque avant de commencer. Mais rien n'empêche d'utiliser plusieurs opus pour une même mosaïque tout en n'en abusant pas.

Voici quelques opus :

Opus Tessellatum

 

Les tesselles sont disposées en rangées horizontales, mais sont décalées.
Les rangées ne doivent pas coïncider entre elles.

 

   

     

 

 

Opus Palladianum

 

Les tesselles sont disposées de façon très irrégulières.
Cette disposition charge le motif, mais lui donne beaucoup de dynamisme.

      

 

 

 

 

                                                                                            

         
 

variante avec des rectangles

 

variante avec des carres

 

variante avec des triangles

 

variante avec des parallépipèdes

 

 

 

 

Opus Musivum

 

Les tesselles du fond suivent les contours du motif.
Cette disposition donne beaucoup d'énergie et de mouvement au motif.

      

 

 

 

 

 

 

Méthode directe

 

La méthode directe consiste à coller directement les tesselles sur le support.

Le dessin est reproduit sur le support (généralement une plaque de bois) et les tesselles collées à l'endroit en suivant le motif.

Pour un support en bois, ou en terre cuite, la colle utilisée peut être une colle à bois. Pour un usage extérieur, il est préférable de choisir du contreplaqué marine et une colle à bois de qualité extérieur.

La colle à bois est généralement utilisée pour coller les émaux de Briare, les pâtes de verre, les céramiques, le miroir.

La méthode directe peut également être utilisée avec des marbres et des smaltes vénitiens, il faut alors coller les tesselles avec un ciment colle à carrelage.
Les marbres ou les smaltes utilisés en méthode directe ne permettent pas d'obtenir une surface plane (ces matériaux étant d'épaisseur différentes).

 

 

Méthode directe sur filet

 

Contrairement à la méthode directe, les tesselles ne sont pas collées directement sur le support, mais sur un filet de fibre de verre.
Quel que soit le matériau utilisé, la colle peut être une colle à bois. Plus tard la mosaïque sera fixée dans un mortier ou un ciment colle.

Réaliser une mosaïque est un travail très long. Le temps dépend notamment de la taille de la mosaïque à réaliser et de la complexité du motif.

La méthode directe sur filet est intéressante car elle permet de travailler sur de grandes surface dans son atelier, puis de livrer la mosaïque telle que, prête à poser. Le temps de pose chez le client est alors limité.

Il ne reste plus alors qu'à l'incruster sur un mur (ou un plan de travail si l'on a utilisé des émaux de Briare ou des pâtes de verre d'épaisseurs égales) en le posant directement sur un lit de mortier.

Le Chat réalisé pour une cuisine a été fait selon la méthode directe sur filet. Le filet est en fibre de verre, ce qui le rend imputrescible et permet donc de le laisser dans le travail final.

 

 

Méthode indirecte

 

La méthode indirecte consiste à coller provisoirement les tesselles à l'envers sur un papier kraft ou de la tarlatane (un tissu très fin genre mousseline).
Le motif est lui même reproduit à l'envers !

La colle utilisée est une colle à base de farine ou toute autre colle hydrosoluble.

Lorsque la pose des tesselles est terminée, il faut réaliser un coffrage et y couler du mortier. Un fois l'ensemble complètement sec, la mosaïque peut être retournée, jointée et nettoyée.

L'avantage de cette méthode est d'obtenir une surface complètement plane. Elle est très intéressante pour des plateaux de table ou des dalles de sol réalisés avec des matériaux d'épaisseurs différentes.

 

 

Finitions - joints

 

Les joints unifient l'ensemble du travail, ils sont un élément déterminant dans l'aspect final de la mosaïque.

Le choix des couleurs des joints est très important. Une fois posé, le joint ne peut plus être modifié !

Les couleurs qui rendent un meilleur résultat sont le gris et la couleur sable. Attention au blanc qui affadit facilement la mosaïque et aux joints de couleurs. Ils peuvent prendre toute l'attention visuelle et dégrader la mosaïque en elle-même.

Les joints ont pour autre avantage de combler les interstices entre les tesselles et d'éviter l'incrustation de poussières ou autres dépôts.
Les tables ou sols en mosaïque de marbre doivent également être imperméabilisées.

Enfin, toutes les mosaïques n'ont pas besoin d'être jointées. Les mosaïques décoratives notamment peuvent ne pas l'être.
Par ailleurs, en raison de leurs épaisseurs variables, les mosaïque en smaltes ne doivent pas être jointées.

 

 

 

 

 

LES MATIERES

 

 

 

LES EMAUX DE BRIARE

Ces émaux existent dans différentes formes et tailles, mais les tesselles utilisées dans la mosaïque font 25mm x 25mm avec une épaisseur d'environ 3mm.

Très brillants, ces émaux existent dans environ 35 couleurs différentes. Ils se coupent très facilement et sont un matériau idéal pour débuter dans la mosaïque !

Ces émaux sont fabriqués dans la ville de Briare, à une cinquantaine de kilomètres d'Orléans. Briare fabrique également une gamme de tesselles colorées mates.

 

 

 

 

LES EMAUX

 

Les émaux ne sont pas des pâtes de verre, il s'agit de tesselles en verre obtenues par la fonte de la silice (sable), de la potasse ou de la soude, et des stabilisants. Le mélange est coloré avec des oxydes métalliques ( cuivre, chrome ou sélénium).
Ils sont fabriqués en Italie et plus particulièrement à Venise. C'est une grande tradition venue de la période byzantine.
Les émaux sont fabriqués sous forme de galettes d'un diamètre d'environ 25cm et d'une épaisseur d'environ 1cm. Ils sont ensuite recoupés dans différentes tailles ( smaltes ). La taille la plus commune pour la réalisations de mosaïque est une tesselle d'environ 1cm x 2cm (épaisseur environ 0,6 cm). Toutes ces tesselles sont encore taillées à la main et leurs dimensions varient souvent de quelques millimètres.

Les smaltes existent en de très nombreux coloris et tons (plusieurs centaines...),

 

 

 

 

 

 

 

LA PATE DE VERRE 

 C'est l'un des matériaux les plus employés en mosaique. La pâte de verre se présente sous forme de petits carrés, généralement 2 x 2 cm et quelques millimètres d'épaisseur. La fabrication est industrielle et leurs dimensions sont donc constantes. Les couleurs sont innombrables.



siret 525 304 291 00012 - 15 bis av Bévérini 20 000 Ajaccio - Corse | info@ctnmosaique.com